11 Jan

– Elle me manque
– Mais tu la connais à peine !
– Tu as besoin de combien de temps toi pour savoir que tu préfères passer du temps avec quelqu’un plutôt que d’admirer le sable dans ton joli sablier ?

J’ai l’impression d’avoir 7 ans et qu’on m’arrache du bac à sable. Qu’au loin un gamin me vole ma pelle et mon seau, et d’être condamné à manger des haricots verts ce soir.

Publicités

4 Réponses to “”

  1. Mr Nobody janvier 12, 2012 à 10:14 #

    A vous que je n’ose tutoyer.
    J’imagine que vous êtes très jeune, pourtant je peine à l’imaginer tant l’impact de vos mots dans mon cœur est violent et splendide. C’est comme un cataclysme, une résurrection, la vérité toute nue que je refuse de regarder en face, et qui s’impose, ici même, dans ces paroles couchées sur vos pages. Votre justesse me saisit à la gorge et me donne envie d’aimer avec déraison. J’ai connu cette fulgurance des sentiments, ce dépassement de tout, cette profondeur, à fleur de peau, corps et âme.
    J’ai renoncé à un amour.
    Je sais qu’elle lit votre blog.
    Et j’ai peur.
    Peur de me rendre compte à travers votre histoire, que mon cœur lui aussi ne cessera jamais de battre, et mon âme de vibrer pour elle.
    Car cet amour là n’est pas heureux – je ne parle pas du vôtre : je vous le souhaite éblouissant, réciproque et insouciant… non, je vous parle d’elle, mon elle, celle qui me lie et qui vous lit.
    Mais pourquoi vous écrire cela ? Je ne sais pas. J’ai vu que vous n’affichiez aucun commentaire, je ne vous écris pas dans cette optique, j’espérais juste vous faire savoir que votre écriture est merveilleuse, et que votre anonymat l’est tout autant.
    L’amour est un cadeau du ciel, difficile à apprivoiser, mais cette intensité n’a pas de prix, c’est en cela que nous sommes vivants.

    Bien à vous…

    • sismographe janvier 12, 2012 à 10:38 #

      Que dire à part merci, c’est toujours agréable de savoir que ce que j’écris peut toucher quelqu’un, qui que ce soit.
      Ecrire est un acte d’amour disait l’autre, alors aimons et écrivons
      En tout cas merci, encore une fois

    • Moonlightshadow janvier 13, 2012 à 8:27 #

      Moi j’aurais peur que ça cesse. Tant qu’on est aime, c’est qu’on est vivant.

      « Aimer à perdre la raison… » (dit la chanson.)

  2. Moonlightshadow janvier 13, 2012 à 8:31 #

    (Correctif @ Mr Nobody…) Moi j’aurais peur que ça cesse : car tant qu’on aime, on est vivant.

    « Aimer à perdre la raison… » (dit la chanson)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :