20 Jan

Les veines qui montent au cœur deviennent des autoroutes un jour de 14 Juillet. Et vas-y que la belle bleue explose en pleine poitrine.
Ça jaillit de partout en faisant de jolies couleurs. La fanfare continue de taper aussi fort qu’elle le peut. Les gens applaudissent, en redemandent.
Les pas des musiciens se font lourds et résonnent de plus en plus fort. Ça crie, ça pète de partout dans de violents éclats de rires.
Les gosses hurlent, sont émerveillés.
Les grands tapent aussi fort qu’ils le peuvent dans leurs mains, se racontent des histoires, des souvenirs de 14 Juillet en famille.

Ça y est
Il s’est passé une seconde.
Tu baisses les yeux.
Et j’ai peur de recroiser ton regard alors je me mets à regarder dehors.
Les gens vivent sans ça. C’est que ça doit être possible.
Je n’arriverai plus à te regarder. Je rejoins la foule. Je me tais avec eux, un pétard mouillé dans la main.
Cette année, du feu, je ne verrai que l’artifice.

Mais ça en valait la peine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :