28 Fév

Hier on est allé chez toi. T’avais préparé une moussaka. Le genre de plat que tu ne manges pas, sauf si t’es de la région.
Je ne sais pas trop pourquoi tu en as fabriqué dans tes casseroles. Mais j’ai trouvé ça fou.
Tu prenais un point dans mon estime pour « risque culinaire ».

Tu me parlais de pleins de trucs, j’aime bien parce que tu la ramènes tellement souvent que je ne m’ennuie jamais. Je t’écoute, j’apprends ta vie comme les autres ne l’entendent pas.

Te faire taire sans te prévenir c’était comme la moussaka.
Un risque de catégorie 1. Mais embrasser quelqu’un comme ça, sérieusement, c’est comme gagner au loto. T’y crois jamais vraiment et puis ça te tombe dessus et même si tu ne sais pas comment réagir, c’est l’exponentiel.

Après tu m’as regardé. Tu as souris. Tu as pris ton plat à bras le corps. Et nous avons dîné.
J’ai fait tomber ma fourchette trois fois. J’ai renversé le vin une fois.
Heureusement que ton sixième sens c’est celui de l’humour.

J’ai pas intérêt à te laisser partir. Il y en aura pas dix qui trouveront ça mignon, le plancher taché de vin et piqué à la fourchette sale.

La moussaka, mon plat préféré
Ton rire, tes yeux qui clignent toutes les six secondes, tes mains que tu agites sur tes genoux pour rythmer tout ce qui se passe, la mèche de tes cheveux que tu as relevée quatre fois, ton sourire parfumé au gingembre…

Mais cette putain d’heure Cendrillon me rappelle à l’ordre. Il est 7h33, mon réveil sonne et je n’ai même pas pu te dire au revoir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :