26 Mar

Autant dire qu’en rentrant chez moi après m’être autant épanché dans une lettre, c’était un chemin de croix. J’imaginais toutes les réactions possibles, j’envisageais aussi que tu passes à côté de moi sans même me regarder. J’envisageais que si tu allais me regarder, j’en ferais tomber mes yeux par terre.

Demain. Je prenais perpétuité dans ton esprit, restait à savoir comment.
J’habitais loin de notre lieu de rendez-vous. Mais pas assez. Je n’avais même pas encore fini de penser à comment j’allais respirer dans à peine dix heures heures que je franchissais le seuil de ma porte.

Je n’ai presque pas dormi. J’ai appelé la terre entière. La terre entière m’a dit d’aller dormir.
Et que j’étais fou.

La terre : 1 Moi : 0

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :