10 Avr

Il restait une heure avant que tu arrives. J’avais le temps de vivre.
J’avais surtout le temps d’avoir peur.
Les aiguilles se couraient après, et moi, j’étais essoufflé à force de les regarder.
De penser à ton visage qui finirait par s’incruster dans le décor, transformant tous les autres en figurants bon marché.
Je fixe l’horizon.
Je me dis que si je ne te connaissais pas, ça aurait fait le même effet.
Les aiguilles qui se taisent.
La foule de visages flous qui continue à s’agiter.
Et moi, qui te regarde avancer, et qui sens un peu plus à chaque pas que tu me fais l’effet de ma chanson préférée.

Acte 1 scène 1 La réalité
Je n’ai rien dit. Nous avons parlé.
J’ai ri. Tu as ri.
Le silence.
Nous nous sommes tus.

Acte 1 scène 1 La vraie réalité
Je t’ai dit que tu étais magnifique. J’ai écouté ta voix se rapprocher de moi.
J’ai ri. Tu as ri.
J’entendais mon cœur gifler le silence à force de battre trop fort.
Tu me tues.

Publicités

Une Réponse to “”

  1. lunasun26 avril 10, 2012 à 6:15 #

    Réalités éprouvées. Encore une fois.
    Tes mots font « mouche ». Encore une fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :