11 Avr

Il est de ces amours à contre-jour qu’il faut regarder dans les yeux, quitte à se les brûler
Je m’y suis explosé les rétines
Même quand je ferme les yeux, je ne vois plus que toi
Infiltrée au compte-goutte dans mes pensées
Et aujourd’hui
Même si je déborde de toi
De partout
J’ai encore envie
D’halluciner de toi
De frôler les 4 grammes de ton corps dans les veines
A en perdre le souffle, ma raison et la tienne
De perdre la vue, encore une fois, les yeux fermés
Quelques centimètres carrés qui abritent
Des kilomètres de silence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :