13 Avr

J’aimerais pouvoir te parler. Comme je t’écris. Te dire que je perds mon temps sans toi.
Que je dépense mon sable en conneries quand il n’a jamais eu autant sa place qu’entre tes mains.
Mais j’ai peur. J’ai peur de tout.
Parce que c’est comme au cinéma, c’est plus simple de cacher un peu ses yeux.
Je presse mes doigts sur ma bouche, m’empêche de parler, je ferme les yeux pour éviter qu’ils le fassent à ma place.
C’est plus fort que moi.
Et c’est plus fort que bien plus fort que moi.

Je croise tes yeux, et c’est une claque de 200 volts en pleine poitrine qui vient me chercher.
Je ne sais pas comment vivre avec ça.
Je me suis habitué à avoir la sensation de me faire des montagnes russes toute la journée.
Mais pas à celle de te regarder partir.
Partir sans moi.
Je voudrais dormir. Dormir sans jamais m’arrêter.
Pour recommencer la journée.
Avec mon vrai moi.
Avec une autre toi.

Mais même en rêve, dès que je te prends la main ça me réveille.
C’est trop fort pour moi.
De l’adrénaline à pleins poumons.
Mais dans cette vraie vie où tu existes à côté de moi, pas avec moi..
J’ai l’impression de regarder quelqu’un se faire Excalibur et de rester avec mon couteau suisse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :