6 Juin

Moi et ma collection de cailloux prêts à servir pour tous les jeux possibles et inimaginables, on attendait.
J’avais l’impression de me retrouver au cours de sport avec l’angoisse des équipes.
J’avais compté. Nous étions un nombre impair.
Si j’étais le dernier, personne me prendrait dans son équipe.
Bref.
Tu m’as lapidé du regard. Avec le sérieux des poupées russes.
Tu as choppé 4 ou 5 caillasses et les a fait rouler dans ta mains.
J’ai fermé les yeux et j’ai senti ricocher sur moi les pierres.
On aurait pu jouer à la marelle.
Mais on s’est écorché les doigts entre les cailloux.
Fiers de notre théorie «  plus ça pique plus ça guérit »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :