12 Juin

Je te regarde et je transpire des yeux.
Il doit y faire 200 degrés si près des tiens.
Ça me crame de l’intérieur.
Et je ne peux pas.
Ils brûlent. Ils hurlent.
A foutre en l’air les trois pauvres bouts de bois que j’avais posé en guise de barrage.
Pourtant j’étais doué en jeu de construction.
Une poignée de centimètres, entre toi et moi, réduite en cendres.
Mes paupières implosent en plein sur ton visage.
Les mots se répandent partout sur tes yeux grands ouverts.
Ils entrent en toi. Sans frapper. Mais sans vouloir faire trop de bruit.
Comme un gosse qui passe par la fenêtre à quatre heures du matin pour rentrer chez lui
C’était plus fort que lui.
Et c’est plus fort que moi.
Là, si près. J’ai l’impression de me faire le tour monde à l’envers.
Je vais me faire tes yeux Dali encore, encore, encore, jusqu’à voir fondre des montres au dessus de nos tête-à-tête.
Jusqu’à filer à l’anglaise. Inside. Sauter. Sans filet.
Même pas peur.

Publicités

Une Réponse to “”

  1. Mr Nobody juin 13, 2012 à 1:57 #

    ………………………………………………………………………………

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :