Archive | juillet, 2012
25 Juil

Je la photographie. Je la découvre au travers l’objectif. Assise sur le sol, un matin, face à la porte vitrée de la terrasse. A contre jour. On dirait une apparition à la fois mélancolique et pleine de vie.

La lumière glisse négligemment sur elle. La prend un peu par surprise.
Ses jambes dénudées, recroquevillées entre ses bras.
Elle ressemble soudain à un portrait. Elle devient inatteignable.

Le reflet de la femme matinale qui n’est déjà plus là.

Capturée dans mon objectif, elle réussi à garder une liberté insolente sur ce cliché.

Oui. Je suis tombé amoureux d’une photo un mardi matin.

Publicités
25 Juil

Ça fait 48 fois ce mois-ci que je me rends dans ce café. En plus je n’aime pas spécialement ça le café.
Mais face à toi, je ne me vois pas commander un Nesquick. Ça aurait moins de gueule. Alors je me mets à la table d’à côté et je parle très fort.

« Un café s’il vous plait. Noir. Sans sucre »
Mais tu ne me regardes pas.
Tu es un peu la femme banquise. Ma femme banquise.
Mais je m’obstine.
Je mise sur le réchauffement climatique.

Si quand on fait de la merde on réussit à ruiner le pôle nord..
J’aurais assez d’un millénaire pour te faire fondre.

24 Juil

Il y a les couleurs primaires. Tu sais, celles qui se mélangent pour ne former qu’une seule et même couleur.
C’est le quotidien. La norme.
Et toutes les autres elles ont des yeux imprimés « NF ».
C’est beau mais ça casse pas la baraque.
Et puis il y a toi. Tu portes deux couleurs qui refusent de se mélanger.
Je me demande s’ils lisent l’avenir. Si nous ne pourrons jamais être tous les deux.
Voués à une éternelle partie à trois.
Casser deux yeux.
Nous vairons bien.

24 Juil

« Maintenant, je n’ai plus à regarder vers l’horizon. Tu n’es plus là.
Et je laisse s’échouer mon regard sur mes pompes. Funèbres. »

23 Juil

Au tout début nous avions peu de photos, il fallait se faire une idée à partir de trois angles de vues choisis.
Et puis très vite il fallait plus. L’ordinateur photomaton.
Mais pour corser le jeu et le rendre plus intéressant il fallait donner des thèmes aux photos.
« Envoies moi une photo de toi qui fait un lapin avec tes mains »
Vous avez un nouveau message.
Le lapin transgénique, amputé d’une patte se dresse sur mon écran.

J’aurais du demander un mille pattes…

18 Juil

C’est vrai, j’écris moins.
Mais c’est l’effet « la fille Mc Cain ».

Et comme c’est ceux qui en parlent le moins qui en mangent le plus…

13 Juil

Ça semble simple. Le genre de jeux pour gamins de 4 ans. Mettre le cube rouge dans le cube bleu pour réussir. On s’en sort pas mal. Sans être des pro de la construction. C’est facile.

J’ai l’impression que ça pourrait le faire. Un temps. Deux temps. Le temps.
T’aime pas le temps. Enfin c’est pas ça. C’est juste que le temps pour toi c’est 3 grains de sables dans un sablier.

Un sablier rechargeable.
On verra demain.
Et moi, ça me va. Ça me va tant que demain j’ai ton visage qui se réveille entre mes mains.
Tant que j’ai tes yeux qui me demandent de rester avec toi.
Demain sinon il est amputé.
Oui les gens aiment bien les jeux de mots sur demain alors je me suis dit que ça leur ferait plaisir, peut être même que ça les fera sourire.
J’ai pas la réserve du marchand de sable avec moi,
Mais j’y jetterais bien une poignée dans ton sablier,
Histoire de me faire une traversée du désert, avec toi.