25 Sep

T’as pas vraiment compris pourquoi maintenant, alors qu’il ne se passait rien, tu t’es senti tomber amoureux d’elle.
Elle n’a rien fait.
Elle a éternué dans la pièce et toi, tu canonises son sourire pour les jours à venir.
Ça fait déjà un moment que tu l’aimes à ta manière.
Avec des pincettes chirurgicales, pour ne rien abîmer, froisser, briser, précipiter.
Et là en un quart de seconde tu ne la regardes plus pareil.
Elle n’est plus juste assise à côté de toi.
Elle te regarde.
Du même regard que la seconde d’avant.
Mais cette fois-ci, ses yeux giflent les tiens si fort que t’as envie de croire en dieu.
Tu te dis qu’elle ressemble un peu à cette lumière en ébullition, qui traverse la rétine quand tu as fermé les yeux trop longtemps.

« A tes souhaits »
« Et que les tiens se réalisent »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :