23 Nov

J’étais à peine plus haut que le pommier du coin, et je voulais conquérir le monde, ton monde.
Un univers à déplier. Une carte routière, lunaire, solaire, je ne sais plus trop laquelle.
Tu n’en as jamais rien su de toutes façons.
Tu me regardais dévisager tes mains comme on envisage un écrin
Faire diversion à la perversion
Je n’ai jamais eu la force de te le dire.
Je ne sais pas si je le regrette.
Tu es restée épurée de moi même, et même si
Je reste emmuré dans ma peine
Je ferme les yeux, à y voir, tu sais, ces petites étoiles blanches.

« A force de voler sans elle
On finit par détester le ciel»

Et je vois ton ombre, en surnombre surpeupler mes phrases au conditionnel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :