Archive | janvier, 2013
18 Jan

J’ai fermé les yeux quoi, deux minutes et j’ai imaginé l’amour avec toi
Pas la rencontre physique, simplement la vie avec toi
Ma rencontre premium
Celle avec qui faire la vaisselle te fait l’effet d’une sortie au Futuroscope

Ça fait tout drôle.
Mais sans rire
J’y gagne pas 3 minutes de vie, mais j’ai eu l’impression de l’avoir entièrement sous mes yeux

Publicités

La sortie de mon premier livre

17 Jan

Aujourd’hui est un grand jour, « L’amour est un souffre-bonheur », mon premier livre vient de sortir.

http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342000795

image

Un pour tous, tous pour un

15 Jan

Après avoir passé 3 jours à la suite (plus qu’un pour gagner le dictionnaire de Julien Lepers) à écouter les slogans anti mariage gay, j’ai décidé d’écrire une lettre ouverte à toi, l’homme du peuple de la rue qui milite pour quelque chose qui ne te concerne pas.
J’aurais pu me contenter d’un « occupe toi de ton cul » mais je vais tenter de faire mieux que tes slogans bon marché.
Des slogans sur du carton où tes petits bambins ont dessiné un papa et une maman sans trop savoir pourquoi.

Je ne vais pas te demander pourquoi parce que sinon tu grilles ton unique cartouche : loi naturelle, un papa et une maman pour faire des enfants (allez tous ensemble ! )
Je n’ai pas fait un bas S mais si je ne m’abuse, donner le mariage aux homosexuels ne fera ni apparaître un ovule dans les testicules de monsieur ni du sperm au bout des doigts de madame.
Tu te bats, j’imagine, depuis toujours pour tes droits. Droit au 35 heures, droit aux vacances etc… jugeant évidemment que tu mériterais d’avoir les même droits que tout le monde.
La vérité aujourd’hui c’est que ta manif est aussi chiante qu’une grève de la sncf le jour de noël.
Elle emmerde tout le monde et on finit par ne plus savoir pourquoi, CONTRE QUOI tu manifestes. Mariage, genre, PMA, PMU ?
Aujourd’hui, moi du haut de mes 1m65, je ‘ai pas envie de me marier.
Mais je veux avoir les mêmes droits que toi.
Oui parce qu’encore aujourd’hui, si tu retournes une des pièces de monnaie que tu as dans ta poche, tu y liras un merveilleux « Liberté-Egalité-Fraternité ».

Tu es peut être divorcé.
Dans ce cas tes enfants vivent une séparation de l’image de l’amour et réalisent qu’un papa et une maman ça fait des enfants mais que ça peut aussi aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs.
Certains seront traumatisés. Mais bon, comme tu es hétéro tu avais le droit de te séparer de ta femme, de te lancer dans un procès et de te battre pour une pension alimentaire.
Beau père, belle mère, maman, papa ça ne te choque pas. Pourtant on est à deux « mamans » et deux « papas » au bout du compte. Et la petite Sandrine à l’école aura bien du mal à expliquer « non lui c’est mon demi frère, lui c’est mon vrai frère et elle c’est mon quart de sœur par alliance ».

Tu trompes peut-être ta femme (et vice versa Madame).
Dans ce cas l’image que tu as de l’amour unique, sacré et si beau sur la jolie photo de mariage, ce mariage que l’on essaie de vous voler, est aussi crédible qu’une photo libre de droit sur iStock.

Peut-être que tu es un bon chrétien, et que tu ne trompes pas, tu ne fumes pas (ne montre pas le mauvais exemple, tu pourrais déséquilibrer tes enfants) et que tu vis depuis 10 ans avec ta bien-aimée sans une ombre au tableau (Sinon le Père Noël c’est tout droit au fond du couloir).
Tu condamnes sans doute ces hommes musulmans qui voilent leurs femmes sans leur demander leur avis.
Et pourtant c’est bien toi qui samedi soir entre deux épisodes de Gulli a demandé à tes chérubins de venir avec toi faire une pancarte, parce que c’est mal.
Ils ont 4, 6 ou peut être 12 ans mais tu te dis que tu sais pour eux ce qui est bon. Et ce qui est bon c’est de vouloir l’inégalité (dans ton cas, chrétien, surtout vouloir crier haut et fort sans qu’on ne te dise rien tout le dégoût que tu as pour l’amour satanique).

Peut-être que toi l’homme du peuple, tu as juste pensé tellement aux ovules de ta femme et a tes testicules que vous en avez oublié votre cerveau dimanche.
Peut-être…

9 Jan

« Je pourrais fumer ses yeux jusqu’à m’étouffer de leur omniprésence
On dirait deux solstices d’été en plein hiver »

2 Jan

Les jours en hiver raccourcissent, et pourtant, moi, j’ai l’impression qu’ils sont interminables
Je voudrais prendre, je voudrais te prendre
Mais rien ne se passe comme on le voudrait Fin décembre
La fin du monde qui recommence
Des gosses qui hurlent pour des cadeaux deux fois plus grands qu’eux
Un papier avec des bonhommes de neige alors qu’il pleut
Des cookies Starbucks pour le père noël
Et puis des chants de noël
On chante la joie dans sa maison sous la pluie
Et moi je suis là, avec toi
Je regarde, mais il n’y a pas de gui dans les hauteurs de notre soirée

Puisque ce soir encore l’hiver a usurpé mes plans
Embrasse moi sous les branches dénudées des arbres monochromes