2 Jan

Les jours en hiver raccourcissent, et pourtant, moi, j’ai l’impression qu’ils sont interminables
Je voudrais prendre, je voudrais te prendre
Mais rien ne se passe comme on le voudrait Fin décembre
La fin du monde qui recommence
Des gosses qui hurlent pour des cadeaux deux fois plus grands qu’eux
Un papier avec des bonhommes de neige alors qu’il pleut
Des cookies Starbucks pour le père noël
Et puis des chants de noël
On chante la joie dans sa maison sous la pluie
Et moi je suis là, avec toi
Je regarde, mais il n’y a pas de gui dans les hauteurs de notre soirée

Puisque ce soir encore l’hiver a usurpé mes plans
Embrasse moi sous les branches dénudées des arbres monochromes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :