27 Jan

Perdu. Il est là, seul devant sa fenêtre à avorter du temps perdu.
Le son des voitures au loin lui dit adieu
Il se penche sur cet avenir qui ne viendra jamais
Ces ouvertures béantes que nous tend l’horizon.
Transgresser la vie de part en part
Mais ça rouille de partout.
Il a l’air d’un con.
Compulsif
Combattant
Conquérant
Con errant

Sans air. Tout juste bon à avaler la pluie qui tombe.
La fenêtre est trop petite pour offrir l’horizon
Et l’horizon trop vide pour lui donner raison
La flotte s’échappe du ciel pour le raccompagner

Et ne pas montrer, surtout pas,
Qu’aujourd’hui, il a pleuré.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :