18 Fév

Fuir.
Est-ce que ce n’est pas ça finalement le sens même des choses qui s’abattent sur mon visage
Il fait encore nuit mais je ne dors pas
Rempli d’un trop plein de vide, je fuis
Ça coule de mes yeux sans s’en apercevoir
Ça s’échappe dans un cent mètres vers l’inconnu juste pour se sentir exister
Je ne sais plus quel sens lui donner à ce mot incertain, incompatible avec la vie
Je voudrais courir hors de moi même pour ne plus avoir à me regarder en face
Je voudrais me remplir, déborder, crier, hurler, avoir le gout de vide à moitié plein
Mais assis devant mon verre à moitié vide,
Je n’y vois plus rien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :