7 Mar

Le jour où tout à commencé j’étais encore en quarantaine. La vie tranquille, le temps blasé, le rien à foutre des chrysanthèmes.
Personne ne pouvait dépérir, surtout pas toi surtout pas moi, nous on était fait pour s’unir, l’histoire d’amour au triple A.
J’essaie de me rappeler ta voix,celle qui me donnait l’impression d’être un géant un fort, un roi.
Surtout celui des illusions, mais rien à foutre on était deux et rien n’a jamais plus compté
Tu sais
J’ai pas trop pu te dire au revoir, tu m’as virée de ta mémoire. Un virus qui ne se répare qu’à coup de christ sur des placards
Ton visage est inexpressif
Je te parle tu ne me connais pas
Le cœur à blanc, les plaies à Vif

Et pourtant c’est depuis cinq ans que j’ai vraiment besoin de toi. A te parler, tes yeux fermés, le vide dans le bleu qui dégueule.
Sous tes paupières l’eau est salée et laisse les naufragés trop seuls.

J’aime plus la mer son bleu m’agresse, elle ravage tout sur son passage
Ils ont menti c’est pas l’ivresse qui nous détruit
C’est la mémoire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :