19 Mai

Dans les moindres recoins de la mémoire qui veille,
A déformer le ciel entre nos lèvres incises
J’aime quand tu me regardes et que tu m’interpelles
Fais tourner ce miracle enveloppé de tissu
Le drapé se soulève et retourne mon âme
Et que j’en pleure demain pourvu d’avoir vécu
Ton corps contre le mien
A regarder dehors
Avoir l’air de deux gosses
Qui attendent le soleil
Pour s’endormir sereins
Sous les lumières du ciel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :