21 Sep

Attends, encore un instant, sur le pas de ma porte, faire le premier pas
Ne pas te laisser partir parce que partir il dit que c’est mourir,
Et même si ce n’est qu’un peu, je ne veux pas mourir
Idiot.
Sans avoir essayé de t’admirer avec les mains, sans manies d’enfants sages
Qui ne servent plus à rien
Bon à rien. Excellent à te regarder. Mauvais raconteur d’histoires.
Le pas de la porte prend le pas sur nos malentendus
Tu me vois hésiter, te raconter un ensemble de mots abstraits juste pour que tu m’entendes
Avant de te rendre à l’univers, dès que la porte sera fermée
Attends.
On aurait dû boire un café, j’aurais dû t’embrasser
Demain peut-être
La porte reste figée, tes pas s’éloignent, je m’en veux, j’ai froid mais fermer la porte
C’est mourir beaucoup.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :