18 Oct

Je m’efforce tu sais, à regarder les autres, mais ils n’existent pas comme tu vis dans mes yeux. J’ai la gueule bien fermé, les paupières grandes ouvertes, ton surplus d’existence déversé dans la chair.
Tu exécutes la vie dans chacun de tes gestes
Ça m’atteins, ça m’attire les autres se sont tues.
L immensité s’agite, il faut que j’ai sur toi
L’expérience empirique d’être à ton corps la peau
Laisse le temps s’emmerder de s’être suspendu
T’arracher à la terre, le temps d’avoir vécu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :