20 Oct

Se faire gifler par l’univers en une seconde, fermer les yeux.  Vouloir oublier les deux secondes avant, quand je ne savais pas. Je t’imaginais en apesanteur sur le temps qui passe, immortelle, sans fin, les yeux fermés mais toujours en train de respirer mon air, mon univers où que tu sois.
Ne t’arrête pas. Ne me laisse pas ici sans rien d’autre qu’une alliance à mon doigt pour te toucher par procuration
Je tourne et retourne l’anneau de ton premier amour, j’espère toucher tes mains, pressant sur le métal.
Je suis vidé. Je fixe le vide qui vient de s’écarter sous ma terre.
On me dit de me préparer mais putain, comment faire
J’ai l’âge d’un enfant qui n’a pas su grandir, qui s’égare après toi, qui ne peut pas
S’y faire.
Et je force mon coeur perdre la mémoire, 22 ans en arrière
« Il ne va rien arriver Charlotton. Je viendrais t’embrasser en allant dormir »
« Je ne veux pas que tu meures »
« Mais moi non plus! »
Je t’aime. Avec la force de ceux qui endurent les tortures, sans parler, sans bouger, qui resteront debout
Au nom de ce qu’ils croient, être plus fort que tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :