2 Nov

Et au milieu de tout ce qu’on ne se dit pas, il y a le souvenir de quand tu me regardes et que j’ai l’impression d’être à poil.
Assis bien au fond de tes yeux je me sens chez moi, j’y retrouve mes vielles habitudes que tu ne connais pas et j’ai envie de me taire.
Alors aujourd’hui je ferme les yeux, m’imagine troquer ma vue sur la ville avec mes vues sur toi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :