11 Nov

La respiration empirique, projetés l’un contre l’autre. Les corps se heurtent, séisme, Richter est au sol.
Inspirer, inspirer au point d’en oublier d’expirer.
A travers ma main immobile, c’est son souffle qui me traverse. J’ai l’impression qu’il se passe une heure. Mais lorsque j’ouvre les yeux, son visage n’est plus là.
Ma main reste figée, comme pour s’ agripper à quelque chose mais l’air et toute son absence pèsent trop.
Je me sens mutilé, amputé de son souffle qui ne résonne plus contre ma paume.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :