6 Déc

5 ans…
Le temps d’apprendre à parler, à penser. Dans cinq ans, je voudrais être loin. Loin de tout, de la douleur et des conflits. Je me vois marcher, la mer. L’océan enfin près de moi. Dans mes yeux, à perpétuité. Il pleut et la falaise à moitié nue sous la flotte, elle est belle. Je te jure, je pourrais rester des heures à la regarder, être. Juste pour moi. Égoïstement.
Je rentrerais chez moi. De la lumière, des bûches qui s’enflamment. Sereins. Des livres, dans toutes les pièces, des dessins, de la peinture. Que ça vive. Je veux que les rires fissurent les murs. C’est con hein, la simplicité semble si compliquée à obtenir. Le Graal de ceux qui veulent réussir. J’aurais réussi. je ferais enfin parti de ceux qui ont le laisser passer vers la stabilité.
Mais pas géographique. je veux traverser  le monde, je veux être dans cinq ans, le 4 Décembre 2019, chez un gars que j’aurais rencontré dans le bus qui reliait Antalya à Istanbul. Il m’aurait invité chez lui, pour boire le thé. Et je lui aurais raconté cette histoire de pari de s’imaginer dans 5 ans. Que j’étais chez lui maintenant.
Y’aurait toute sa famille. Des gens qui se montrent. Qui se foutent à poil dès le premier regard. Qui te hérissent le poil. Ils sont beaux. C’est pour eux que je suis partie conquérir le monde.
Ils me rappellent mes choix. Dans leurs eux littéralement tout l’amour du monde. Je ne sais pas à qui je tiendrais la main, mais ce qui est sur, c’est que ce sera un moment incroyable.

Publicités

Une Réponse to “”

  1. lauriebonnefoy décembre 6, 2014 à 10:01 #

    Dans 5 ans,

    Il y aura ce bel appartement terrasse et sa vue sur la lac d’Annecy. J’aurai passé tant de temps à le décorer, une pièce après l’autre avec joie et passion. Le bébé pleurera depuis son landau et je me précipiterai, après tout moi aussi il y a 5 ans je faisais des cauchemars. J’aurai ce boulot dont j’ai toujours rêvé avec ces enfants qui ne peuvent pas vraiment danser et qui pourtant transmettent tellement d’émotions que je pourrais en chialer. Je lirai les dernières lignes de ce livre que j’ai mis si longtemps à écrire, sur cette relation passionnelle et conflictuelle qui se terminait quand tu es entrée dans ma vie. D’un geste calme j’ajusterai sur la cheminée le cadre dans lequel rayonnante je pose dans ma grande robe blanche. Ma mère ne tarderait plus à arriver, elle ira mieux, elle ira bien. Je serai calme, je serai heureuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :