19 Mai

Voici la vie qui s’accapare ta présence comme un filtre essentiel à mon regard sur le monde.
Je souris à fêler toutes mes certitudes. Le masque, les murs, les barrières éclatent une à une.
Voici ma vie qui t’accapare et mon regard est désormais tourné vers ton monde.
Pourvu que j’y respire dans l’écho répétitif de nos longues minutes de silence.
Restons dans ce capharnaüm muet de ce qui nous submerge.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :