17 Juin

Ses regards dévisagent le reste de la table, elle cherche à savoir, à sentir dans le contact de nos doigts qui s’étreignent, à combien.
Combien d’amour transparait, là, quand je serre du plus fort que je peux, jusqu’à oublier que nous ne sommes pas seules.
Je m’imagine lui prendre le bras, renverser le reste de cette table.
Les carafes en verre éclatées d’eau, inonder le parvis de cet amas d’amis,
Nous excusant de savoir vivre sans savoir-faire.
Fuir. Courir à gorges perdues. Déployées. Pleines.
Demeurer introuvables. N’entendre que nos souffles qui se reprennent.
Approche-toi. Que je t’apprenne, que je t’imprègne. Que tes bras serrent plus fort autour de moi.
Fais-moi entrer au plus profond de ton indispensable éclat de rire.
Fendre les rides de la main pour changer les futurs.
L’air est irrespirable.
Emmurée dans nos évasions impromptues, tu m’imagines partir sans toi?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :