25 Août

Est-ce que tu te souviens de moi cette première fois?
Les mains sur toi comme deux pamphlets plus très sûrs d’eux.
Trembler un peu, mon cœur te tire dans le dos.
Tu ne te retournes pas  et j’espère, j’espère que derrière ta robe tu as senti les contretemps, qui ne savent plus compter, ricocher sur ta peau.
Nos mains se joignent pour parfaire le geste.
Je soupire certainement de paroles inaudibles
Je souris sûrement parce que tu ne vois pas.
Tu te retournes, tes yeux giflent le reste.
Je resterai debout
À genoux devant toi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :