19 Fév

L’impact délicat, insoluble et percutant
Cet instant en dehors de tous les instants
Ce paradis planqué sous les veines palpitantes qui s’ébouillantent entre elles
Ce prisme de deux corps qui se mettent à s’aimer : rien n’est plus beau, instable et redoutable
Le cœur gonfle à vue d’œil, explose l’architecture de tes pensées
Pleine conscience à peine dissimulée
Pupilles répandues au-delà du permissif
Impertinents, au-dessus de tout, elle t’enlève à toi-même
Bourreau sur piédestal
Tu restes à genoux, soumis à l’attraction terrestre de sa simple existence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :