23 Fév

Quand ton propre cœur rampe en dehors de toi.
Te regarde. Se marre. Se meurt.
Quand tes larmes coulent, se perdent sous la peau, sur le sol.
Quand tu pleures jusqu’au fond de tes yeux, à te noyer dans ta propre digestion oculaire.

C’est vrai. Malgré l’absence qu’il suggère, le néant hante mieux que personne.
La douleur ne mérite même pas d’un préfixe si délicat.
À ce moment, la douleur
Ce n’est un mot qui ment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :