13 Juil

Je n’ai pas voulu te regarder. Mais tu retentissais au fin fond de mes yeux fermés. Ça explosait comme les lumières des vieux appareils photo.
Il fallait que ça gicle, que ça se brise pour immortaliser le souvenir.
Il fallait que ça te pète à la gueule.
Il paraît que l’on n’a rien sans rien. Et que les cicatrices ne sont que des interstices dissimulées.
J’ai des plaies parce que tu me plais.
Le souvenir d’une photo déchirante. Le son du bois qui incise le vieux port dans toute sa longueur.
C’était écrit sur le panneau : Pas de vagues.
Alors on a fait un raz de marée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :