21 Juil

J’ai peur. Tu doutes.
Le frein de l’humanité. Comme si nous avions 1000 vies à passer ensemble.
On prend notre temps. On se dit que même la vie nous attendra, et, au fond, on sait qu’elle ne peut pas courir plus vite que nous.
Je tourne la tête, mais je ne te vois pas.
Pigmentée sous, sur, dedans, dehors de la rétine, le souvenir de ton rire. De ton sourire. De nos « pour le meilleur et pour le pire ».
Commencer par le pire est la meilleure idée que nous ayons eue. Commencer par la fin.
Cela ne fait pas moins mal, nous le savions déjà.
Terre promise, je fais glisser deux pierres entre mes doigts.
Des ricochets sur nos vies.
Des sauts dans le vide qui s’acharnent.
Te regarder et avoir l’impression de voler le monde au monde, d’écarter les parenthèses à mains nues : architectural.
Mais tomber au seuil de ta vie…
C’est cambrioler avec impertinence le moindre de tes gestes sans que tu t’en aperçoives.
C’est comme se vautrer dans un parterre aux jardins du Luxembourg à Montréal en février.
Inouï(t)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :