2 Août

On se baise des yeux depuis deux jours et je sens que tu es en train de baiser mon cœur.
Lou, si tu savais combien de fois mes gestes se sont tues en même temps que ma bouche et combien de fois, dans mon esprit, je t’arrachais au monde pour te garder près de moi.
Je ne dis rien, nos dimanches m’en foutent plein la gueule. Mais nos mardis, nos mardis sont des équinoxe en hiver. Impossible à croire.
Tout se mélange dans la tête. T’ai-je déjà appelé mon amour?
Les mardis nous font tourner la tête. Et cette euphorie hebdomadaire commence à corrompre les autres jours de la semaine.
Je ne peux pas la perdre. Ce serait comme avoir trouvé un donneur compatible et dire non.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :