12 Nov

Les ailes se sont barrées, je suis restée au sol.
À force de tomber, la gueule dans les tranchées
Que j’inflige à main nue au nombre des années.

Comme des marées humaines vidées, sans innocence.
Mes yeux ne sèchent plus que pour reprendre au puit
De l’eau de mes silences, moi, qui n’ai rien compris.
Sept plaies pour concevoir que les constellations

Tracent à la lumière, un trait sur l’horizon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :