14 Déc

Fils des regards perdus, fils perdus du regard
J’ai les yeux qui se gorgent à ne savoir qu’en faire
De la pluie pour noyer cette ère d’indifférence.
Ces jours de condamnés
La fin des insouciances.
Et ça donne son avis et ça condamne l’horreur
Dans l’immobilité sereine la mort au kilomètre
Avale ta culture tes corps sur le pavé
Pour les regards perdus les chants désespérés.

Les acronymes n’aident plus les nations désunies.
On laisse creuser les tombes, des morceaux de trottoir
Pourquoi vous enterrer, il n’y a plus rien à voir.
La trêve est une putain, la syphilis au bras
Qui te prend par la main
Qui te prend par la joie.

Allez sois pas trop triste Occidental meurtri,
Dis-toi que ton pays et que toute sa nation
Aimeront enfin le voile, opaque et déshumain
Qu’on va foutre dessus. «Ça ira mieux demain»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :