10 Jan

On veut faire se taire les vacarmes de nos plaies d’enfances. Mais elles s’ancrent dans nos regard. J’ai beau fermer les yeux, j’ai les larmes avalées. J’ai essayé mais tu comprends, non tu ne comprends pas. J’ai besoin que tu me serres contre toi. Me percutes essoufflée. Me renverses sans en renverser. Ne rien laisser au vide. Ne rien laisser aux autres. De notre enfer Sartrien je veux que tu sois les murs, les tables, les autres. Il faut que tu sois tout, ou tu ne seras rien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :