24 Jan

J’avais fini de pleurer pour ce qui, de toute évidence, avait le goût infâme d’un mois d’hiver à demi consommé.
J’avais fini de t’attendre.
D’imaginer que tu serais exactement comme je le voulais. Que tu prendrais mes peurs pour les faire rire, que tu transformerais tout ce qu’il y a de plus dégueulasse en moi pour en faire un putain d’arc en ciel.
J’avais fini d’imaginer le luxe le calme et la volupté. Fermé les livres. Avalé ma salive. Ouvert les yeux.
Ces invitations au voyage fantasmées, je ne les voulais plus.
J’avais fini de pleurer pour ce qui, de toute évidence, avait le goût infâme d’un moi d’hiver à demi consommé.
J’avais fini de m’y attendre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :