17 Fév

Alors on a pris la fuite. C’était demain, et c’était sans doutes le plus beau jour de notre vie.
Tu m’as regardé comme si j’étais fou, comme si tu savais enfin que je l’étais assez pour t’arracher au monde qui nous entoure, nous oppresse, nous étrique dans des carcans informes, trop petits, trop exigeants.
Je voulais te voir libre, sentir ton euphorie, ta liberté infranchissable enfin franchie. Délectable et insoumise. 

J’ai roulé très vite, comme pour nous éloigner le plus loin possible de tout ce que nous connaissions.
Tu as commencé par regarder la route. J’ai détourné mon regard et tu fermais les yeux.
Il y avait cette musique qui courait avec nous.
Elle nous invitait à être essoufflés.
Affamés. Assoiffés. Absolus.

Il faisait nuit, je regardais les lampadaires défiler, les autres voitures rentrer à la maison, et toi. Toi qui dormais et qui faisais parti de cet instant, encore plus parce que tu t’y étais assoupie. J’ai pressé l’accélérateur. J’ai senti mon coeur se débattre plus vite.
J’ai souri comme j’ai toujours su que je savais sourire.
Demain je t’ai emmené loin d’ici. Demain je t’ai vu sortir de toi-même. Rire, vibrer, avec passion. Déraciner les chaînes.
Emmerder le monde.
Jouir à la carte.
Jouir à la carte du monde.

Publicités

2 Réponses to “”

  1. Ariane février 19, 2017 à 4:16 #

    Sublime!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :