4 Avr

La cage dorée de cette solitude, le principe infernal selon lequel nous devons être heureux. Manger sain quand ils ne nous sauvent de rien, les saints. J’ai pas tellement la gueule des évangiles, juste un peu la mâchoire fragile.
Je ne souris plus que pour faire semblant que je ne suis pas ailleurs. Je souris pour qu’on me laisse tranquille.

Colombine s’est tirée, haïssant mon corps, mon être et mon identitée. Plus qu’une armée. Moins que rien, de toute évidence, rien de moins.

C’est pas pour le prix de ma gueule abordable de martyr.
C’est pas pour le ras de marré qui ne m’ébranle même plus.

«Éloigne toi du monstre, et ne lui laisse rien. Il t’a ôté la vie tu ne lui dois plus rien.»

La bête comme ses pieds regarde encore par terre, la belle a pris la mer. La balle à pris ma terre. C’est le matriarcal, bien pire qu’un art martial. Mais merde les monstres aussi ça pouvait avoir mal.
J’ai pas la carrure d’une belle fille, j’ai pas de genre, bonne à tous me les faire.
Le familial embryonné tricote en triturant. Je ne fais pas le tri, je m’accote, j’écris en raturant. 

Laisse donc passer le temps, le temps de te le repasser en mémoire. Ressasser. Tu sais. C’est cadenacé. C’est menaçant.

Mais bon, même en mer on prend le large.
Tant qu’à passer pour un connard autant que ce soit en faisant de l’art.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :