13 Juin

Non je ne sais pas. Je ne sais pas comment réapprendre à marcher depuis que nous nous sommes littéralement brisées contre l’avenir.
L’avenir, il est bien plus dur que le béton, crois-moi.
Il te regarde de haut, te fait de grands sourires, te fait le chant des sirènes. Des chants pour mieux courir après les rochers. Des chants pour mieux s’aventurer sans faire attention.
Pourquoi faire, c’est écrit dans les livres, et tout le monde s’en fout.
On retourne voir les mêmes récifs, on se fait des triangles des Bermudes comme on avalerait la bouteille entière juste parce que l’on se pense plus fort.
Mais la vérité c’est que je suis paralysée. Je regarde mes membres qui ne savent plus nager, se sauver, se noyer, se lancer, se rétamer, se faire la belle, se faire tout court.
Alors je continue à boire. Et plus je bois plus je sens la fragilité s’émanciper à tout mon corps.
On appelle ça la maladie des eaux de verre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :