26 Juin

Ceux dont on ne peut jamais se défaire.  Ces idéaux manqués qui marquent. Tu sais de quoi je parle. Tu peux te prendre les pieds dans tous les corps, tenter immanquablement de construire des monuments, des arcs de triomphe témoins de tes évolutions, si tu croises son regard tu y mettras des bombes toi-même pour tout faire sauter.

Je te parle des amants-aimants. Ils s’aiment, s’attirent mais peuvent aussi se rejeter avec une telle force.
L’ombre des autres, tu ne la vois même plus. Il ne faudra pas s’aimer car s’aimer en vrai, c’est se détruire. Il faudra faire semblant de prétendre la légèreté pour que rien ne pèse sur les coeurs. C’est bien ainsi, tu te le dis.
En France, ils diraient que c’est écoeurant cette histoire.
Au Québec, on dirait que c’est écoeurant cette histoire.
De tous les sens qu’on lui donne, à toi de choisir ta patrie.
Mais de toi à moi, même l’âme en peine, l’amant en vaut toujours la peine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :