Archive | Post politesses hivernales RSS feed for this section
4 Jan

Que je choppe un jour celui qui a dit « mieux vaut avoir des regrets que des remords ».
Comme tous ceux qui décident des choses, il devait être dans son fauteuil, près de sa cheminée, et le seul risque qu’il ait pris dans la vie a été de ne pas mettre de sucre dans son café.

Forcément, à l’échelle du peuple, le risque a plus de gueule.

2 Jan

Les autres ils ont des doigts. Elle, elle a des phalanges.

2 Jan

Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.
Jusqu’à ce qu’on découvre l’absinthe.

2 Jan

J’aimerais être une larme d’accord, mais seulement si tu l’essuies avec tes mains.
Ils mentent avec leur diction à la con.
Ce qui naît dans tes yeux ne peut pas mourir.

29 Déc

Impatient
Un (jour sans toi) pas cent.

28 Déc

J’ai beau réfléchir à la manière la plus sensée de te le dire,  il n’y a rien qui soit à la hauteur.
Te parler. Mais en m’entraînant chez moi je n’y arrive pas.
Te regarder. Mais en imaginant tes yeux se mélanger aux miens j’en pleure de déraison
Te l’écrire. Mais je n’arrive qu’à ça.
J’ai l’impression de découvrir en toi ce que je me tue à crier à l’humanité depuis toujours
Je voudrais parler avec toi toute une nuit
Te lire les livres que je préfère
Técouter me raconter tout ce qu’il te plaira
Rencontrer les objets que tu touches chaque jour
Mettre des heures avant d’oser te prendre la main
Passer mon temps à te regarder dormir, te dessiner, t’écrire
Poser ma main sur toi
La regarder aller et venir avec ton souffle
Me dire que c’est la vie qui te traverse
Que je frôle du bout de mes doigts
Comme tu es belle quand tu vis
Tu n’as pas besoin de faire autre chose
Pour que je tombe
Que je m’égratigne un a un les genoux
Pour toi

Les yeux Brocéliande
Qui n’aurait pas envie d’aller y chercher l’aventure…

27 Déc

Je voudrais que tu saches que je suis en train de tomber amoureux de toi

Simplement pour qu’aujourd’hui, si je le peux plus que les autres jours encore, te faire sourire

 

26 Déc

Toi toute entière

Une origamie du cœur

25 Déc

Te regarder partir.
Attendre d’avoir le coeur qui bat suffisamment fort, de peur de te perdre de vue.

Me mettre à courir. Ralentir pour que tu ne m’entendes pas.
Voler ta main.
Te regarder à en oublier de me trouver une excuse
Sûrement te parler du temps qu’il fait 
Compter jusqu’à trois
En haut du grand plongeoir
Putain si tu savais comme elle me fait peur
La peur.
Mais combien tu la vaux

22 Déc

Aujourd’hui est un monde en couleur qui n’a jamais rien porté d’aussi beau que tes airs noir et blanc.
Deux yeux dans un écrin, on dirait une demande en mariage

Qu’importe les mille et une nuits
Si tant est qu’il y en ait une dans les tiens